C’est la primevère, la première.

C’est la primevère, la première.

Un petit œil jaune, tout jaune,

C’est la primevère, la première.

(poème, auteur anonyme)

On se croirait dans un décor de conte avec les fleurs qui nous montrent le chemin à suivre.

Alors suivons le !

Il y a du jaune, mais du rose aussi …

du rose au sol, dans les abustres,

dans les arbres !

Dans la forêt, dans le parc, dans les enclos, dans le potager … c’est un feu d’artifice !

Les flamants sont roses … ça on le savait …

… et même les spatules s’y sont mises !

et nous, ça ne nous laisse pas indifférents.

La nature se prépare à l’ouverture au public. Elle se fait toute belle en sortant du repos de l’hiver.

La nature se prépare, les animaux aussi,  n’est-ce pas les filles ?

On a quelques chantiers à terminer. Le tas de copeaux pour les oiseaux de la volerie est presque entièrement étalé.

encore un peu chez les cigognes …

Il y a des techniques qui s’apprennent pour ne pas se faire mal au dos. Heureusement, on partage nos expériences.

Ça vous convient comme ça ?

C’est déjà mieux !

La propreté de la volière permettra aux cigognes d’être en forme et en bonne santé pour être présentées en vol libre aux visiteurs du parc.

On gratte les perchoirs des ibis pour bien les nettoyer.

Le nettoyage semble validé par les principaux intéressés.

On a ramassé des brindilles en forêt, qu’on installe dans la volière pour que les ibis puisse faire eux-même leurs nids.

Je crois que là, on est bon, c’est nickel !

Léa, on la connait bien ! Elle est revenue pour un troisième stage de formation avec nous. C’est une habituée, elle fait partie de la maison !

Rio et Janeiro, les ara ararauna semblent l’apprécier … ça tombe bien, nous aussi !

Et comme c’est le printemps et qu’on a beaucoup de choses à faire, Léna est venue prêter main forte aussi.

Léna passe ses journée avec nous, et nous, on l’aide à devenir éducatrice !

Et pour ça, à en juger par les sourires, le Toutounier, ça doit être pas mal …

En fin d’hiver et début du printemps, la nature est en fleur mais il fait encore frais et humide. Les ponchos sont utiles sous la pluie, parce qu’on sort quand même. Et il faut encore alimenter la cheminée avec du bois.

On a déjà dit deux fois « c’est le dernier chargement de bois l’année », mais cette année on continue quand même de faire du feu au printemps. Les matinées continuent à être fraîches.

On espère que cette fois-ci est la bonne …

Léna doit aimer les ponchos, les sorties sous la pluie n’entament pas son sourire !

D’ailleurs, elle n’est pas la seule,

on doit sûrement aimer être dehors, par tout temps !

Mais on sait se mettre à l’abri aussi.

Truffe et Toblerone sont bien, là, câlinés et réchauffés au coin du feu …

Les nouveaux-nés restent encore sous la lampe chauffante. Ils sont minuscules et fragiles.

Les petits sont attendrissants, alors quand Cassandra donne le biberon pour aider le plus fragile …

… nous, on a envie de les prendre dans les bras.

Alors on le fait !

Il faut faire très attention, hein, Delphine !

Scarface est grand, mais il a été blessé, et il a besoin de calme.

On continue l’entraînement des whippets pour la course. Visiblement, Ubble et Uderzo préfèrent encore chahuter entre eux que de courir après les balles !

Dans quelques semaines, les visiteurs viendront pour les voir courir.

On participe et on assiste aux entraînements.

Les enclos doivent être propres aussi.

Les grands chiens français tricolores, les chiens historiques de la Bourbansais, sont trop vieux pour faire le spectacle. Mais ils viendront saluer le public et chercher des câlins.

Ils demandent du soin aussi.

Nous ne sommes déjà plus tous seuls,

les visiteurs sont là.

Les whippets ont bien couru devant les visiteurs, nous sommes fiers d’eux !

… et nous sommes fiers de nous !

Mais qui dit arrivée des visiteurs, dit aussi entretien du parc.

Nous ressortons les pinces ramasse-papiers.

… à notre rythme quand-même !

Nous ne sommes pas les seuls à profiter de la tranquillité du parc !

Élodie dit au-revoir à Laïka, la jeune tigresse que nous avons vu grandir, et que vous avez pu voir également grandir au fil des articles du Toutou-news. Laïka aimait bien venir nous voir et jouer avec nous à travers la clôture. Mais elle a grandi, et elle va vivre sa vie d’adulte loin de ses parents, dans un autre zoo où elle va rencontrer un jeune mâle de son âge pour fonder sa famille. C’est la vie, et on le savait, c’était prévu. Mais on a quand-même le cœur un peu gros de la voir partir.

Makari, lui, préfère prendre son bain.

Shrek, l’âne, se fait épousseter par nos grattouilles.

Le marabout s’est fait tout beau aussi … enfin … le couple doit se trouver attirant, ils ont refait leur nid !

La nouveauté a été annoncée: il s’agit d’une plaine africaine, avec des gnous, des autruches, grands koudous et zèbres.

On voit évoluer le chantier, il est presque terminé.

Le Toutounier part en expéditions scientifiques

L’observation des animaux ne concerne pas que les animaux exotiques du zoo. On participe à plusieurs missions scientifiques très sérieuses.

Vous connaissez bien maintenant la « Mission hérisson », on en parle souvent.

Les traces laissées cette nuit montrent que le hérisson est passé par là. Il est donc sorti de son hibernation.

Maintenant on participe à d’autres enquête de science participative: l’étude des reptiles. Ce sont les serpents et les lézards.

On place des plaques ondulées dans des endroits stratégiques définis par un protocole scientifique strict établi par la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux, qui s’occupe également de la petite faune sauvage).

Et on viendra régulièrement les soulever pour identifier et compter les lézards et serpents qui viendront se réchauffer dessus ou dessous quand le soleil tapera dessus.

Pour l’instant, on s’entraîne encore. Mais ça marche, on a déjà identifié un orvet qui dormait sous une plaque !

On regarde sur le mur du potager aussi.

Ici, c’est un lézard des murailles qui prend le

soleil sur l’hôtel à insectes.

… et puis, on a nos observations attentives quand on marche en forêt ou qu’on promène les chiens  … a priori anodines ?  …

par exemple, vous l’aviez vue, cette crotte déposée sur le tronc de l’arbre tombé à travers le chemin ? Quel animal a bien pu faire ça ? …

On installe donc notre caméra pour en avoir le cœur net…

C’est sûr maintenant, c’est une martre !

On a vu aussi le retour des hirondelles. On a noté la date précise et le lieu. Il y a plein de nids dans le chenil et les écuries.

On a regardé dans des livres, c’est bien une grenouille agile qu’on a trouvée près du chenil.

Et on a vu un beau papillon aussi. On a regardé dans un livre, c’est un Tircis.

Papillons, oiseaux, hérissons, martres, chevreuils, grenouilles, tritons ou reptiles …, les observations que nous faisons depuis longtemps au Toutounier ne sont pas seulement intéressantes à faire pour nous: elles sont maintenant intégrées dans des bases de données scientifiques.

Les biologistes de faune-france savent que le Toutounier a trouvé des empreintes ou une crotte de martre au domaine de la Bourbansais!

Grâce à cette crotte, et toutes nos observations attentives, le Toutounier participe à faire progresser la connaissance scientifique … c’est magnifique, non ?

https://www.faune-france.org/

S’il y a bien un endroit qu’on aime observer de près aussi, c’est le potager !

Les feuilles des rhubarbes sortent à peine de terre, il faut encore patienter  …

On passe chaque semaine, on les voit pousser !

c’est déjà mieux là …

Feu vert pour la toute première récolte !

Miamm !

D’autres fruits devraient suivre, on ne les lâche pas des yeux !

 

Cette fois c’est sûr, nous sommes prêts pour la haute saison d’activité touristique du domaine !

Une carrière d’écureuil ?

Une carrière d’écureuil ?

« Je n’avais appris aucun métier. Je savais grimper, siffler, courir, mais personne n’est venu me proposer une carrière d’écureuil, d’oiseau ou de biche. »

Cette citation de l’écrivaine Colette parle un peu de nous, qui passons nos journées dehors, même en hiver, à observer et aimer la nature, les animaux … en apprenant à les connaître à leur contact.

Au fait, vous saviez que c’est Colette qui a inventé le mot « Toutounier », et qu’elle était l’amie de l’arrière-grand-mère de M. de Lorgeril, l’actuel propriétaire du domaine de la Bourbansais que nous connaissons bien ?

C’est pour ça que nous avons ce tableau encadré au Toutounier. C’est Colette qui est représentée, en posture zen et à proximité d’un zèbre.

Zen à proximité d’un zèbre …

Comme nous !

Enfin …

… à voir nos expressions, on croit comprendre que nous le sommes.

La toilette de ce soir est faite en avance.

Slurp, sur la joue !

Mitch, le border coolie, a été blessé, on prend soin de lui.

Il va déjà beaucoup mieux. On le bichonne !

On apprécie aussi courir et marcher avec eux. On fait de l’exercice.

Même sous la pluie !

On les fait courir … à moins que ce ne soit eux qui nous fassent courir !

On a vu le zèbre et les chiens, mais il y a aussi des oiseaux.

Allons à la volerie voir Ronan.

Ah, le voilà … mais qu’est-ce qu’il fait avec Etosha dans les bras ?

Etosha est un serpentaire d’afrique. Une espèce de rapace qui aime chasser les serpents.

Et Madeline aussi porte un oiseau, il est tout petit, c’est un hibou petit duc.

Ronan et Madeline déplacent certains oiseaux pour nettoyer leurs volières. Alors on propose de les aider.

Au zoo, au chenil ou à la volerie, les soigneurs passent beaucoup de temps à nettoyer.

C’est difficile et fatiguant, mais la propreté, c’est important pour que les animaux soient en bonne santé. Et comme on les aime bien, alors on garde le sourire.

Ah non, pas vous, les vautours ! Vous être trop grands pour venir sur nos épaules ! Et puis vous ne mangez pas les noix que nous avons ramassées cet automne, vous.

Les étangs sont recouverts d’une couche de glace.

Rien ne nous échappe lors de nos marches dans les bois.

… par exemple, ces empreintes dans la terre.

Nous poursuivons notre enquête sur les animaux qui fréquentent le domaine. Et pour être scientifique, il nous faut des preuves.

la technique est rodée …

… alors on moule, comme à chaque fois, avec du plâtre.

Et là aussi, il y en a une autre !

… puis on démoule et on nettoie …

… et voilà, une pièce à étudier !

Notre collection devient intéressante.

Nos observations ont un réel intérêt scientifique. On étudie les populations d’animaux.

Les lionnes sont jalouses, on n’a pas encore moulé leurs empreintes. Et pourtant, elles sont belles aussi !

On ne rentre pas dans leur enclos comme ça. Il y a des protocoles de sécurité. On demande donc à Elodie, la cheffe des soigneurs animaliers du zoo.

D’abord, Elodie rentre les lions dans leurs loges de nuit.

Ça sent le fauve ici !

Le protocole de sécurité est strict.

Ça y est, on peut entrer.

On cherche les meilleures empreintes dans la terre humide … il faut bien regarder.

… et on moule !

La technique est la même. Mais pour ces grands fauves, il nous faut beaucoup plus de plâtre que pour les chevreuils.

Les lions sont rentrés pour la nuit. On viendra demain récupérer les moulages qui auront durci.

Ce matin, c’est Morgan qui nous ouvre l’enclos, après avoir appliqué le protocole de sécurité.

On récupère les moulages, qu’on va nettoyer au Toutounier.

… que dit le protocole, là … on lui ouvre ?

Les empreintes de lion ressemblent aux empreintes des tigres que nous avions faites l’année dernière.

Regardez bien, elles sont côte-à-côte, vous sauriez les différencier ?

On l’a vu, il fait froid.

Le suricates restent au chaud sous la lampe chauffante.

Mais dès que le temps se radouci, même les bébés sortent pour venir nous montrer leur museau.

Nous, pour nous réchauffer on a le feu de cheminée. Et qui dit feu, dit bois à aller chercher !

Le charriot est plus lourd à ramener.

On a aussi la soupe, pour nous réchauffer.

Pommes de terre, potimarron, carottes … on épluche.

… et bien sûr on a aussi les crêpes. Les soigneuses du chenil partagent notre goûter: crêpes et confitures du Toutounier.

Les lecteurs assidus du Toutou-news connaissent notre collection de confitures: rhubarbe-menthe, cassis, figues, bananes, figues-bananes, figues-bananes-noix …

Notre stock diminue. Vivement les nouvelles cueillettes du printemps !

D’ailleurs, il y a des indices qui ne trompent pas … les premières feuilles de rhubarbe commencent à sortir du paillis …

… et les cassis bourgeonnent déjà !

Même en hiver, il est intéressant de surveiller le potager de près.

Aujourd’hui nous avons un invité de marque à notre table.

M. Guy de Kergariou, oncle de M. de Lorgeril, nous fait l’honneur d’un moment partagé. On le connait bien, il passe souvent au Toutounier nous dire bonjour.

Il a vécu son enfance au château de la Bourbansais, il connait le domaine par cœur. Il nous a raconté comment, pour la création du zoo, il est allé chercher une girafe qu’il fallait descendre du camion à chaque passage de pont, car elle était trop grande pour passer dessous !

Il a dirigé des centres équestres, il y a eu jusqu’à 200 chevaux à la Bourbansais !

Guy a entrainé des équipes internationales d’équitation.

Il a dressé un cheval, nommé Pitou, qui a gagné la médaille d’or en équitation aux jeux olympiques de Mexico en 1968. Depuis, monsieur le Marquis de Kergariou se fait appeler Pitou, tout simplement !

La sortie de l’hiver, c’est aussi la fin de l’hibernation du hérisson.

Nous avons réparé l’abri que nous avions fabriqué avec le bois de palette l’année dernière.

On va pouvoir le replacer, caché entre la haie et le mur en pierres du jardin à la française. Comme ça, les hérissons seront à l’abri des blaireaux qui circulent du côté de la volerie.

Les soigneurs du zoo nous ont confié le hérisson qu’ils ont soigné cet hiver.

Il est près à retourner à la vie sauvage, mais nous allons l’aider !

On a installé la caméra pour vérifier qu’il va pour le mieux …

Lui aussi, on le surveillera bien !

En hiver, la nature se repose, mais il y a beaucoup d’activité dans le zoo …

On voit un gros chantier, il y a quelque chose qui se prépare. Sûrement une nouveauté du zoo pour la prochaine saison touristique.

Visiblement, un nouvel enclos se prépare à accueillir de nouveaux animaux. Il est immense ! Les soigneurs, les jardiniers et techniciens nous ont révélé des choses, mais pour l’instant, on ne vous en dira pas plus …

On gardera la surprise jusqu’au printemps !

L’année 2023 en 365 sourires

L’année 2023 en 365 sourires

 L’année 2023 vient de se terminer …

C’est l’occasion de revenir sur l’hiver, le printemps, l’été et l’automne passés essentiellement dehors à faire plein de rencontres, à promener des chiens, à observer les tigres, les lions, les salamandres et les mésanges, à cueillir des fruits, à entretenir des volières, à voir des oiseaux en vol libre et des chiens au travail, à faire des soupes de légumes, à entretenir les allées du parc, à renseigner les visiteurs, à peindre des portes et fenêtres, à boire des cafés aussi …

 … à faire des confitures, à construire des abris à hérissons, à donner un goûter aux capucins, à écosser les graines de poivre, à inviter plein de monde à partager nos repas, à marcher en forêt, à ranger du bois, à repérer et identifier les traces de passage des animaux, à mouler des empreintes, à passer le kärcher …

… à accueillir des stagiaires, à fabriquer des porte-manteaux, à se coiffer de plumes,  à se réchauffer au coin du feu …

Petit retour en images, à vous de vous souvenir ou de rechercher dans les articles du Toutou-news les commentaires de chacune !

… et voilà, les 4 saisons de 2023 se terminent avec le partage de nos décorations et confitures.

Cette petite sélection de photos de l’année, piochées dans les différents articles du Toutou-news, ne saurait rendre toute la richesse d’une année pleine de rencontres, de partages et d’échanges multiples.

Un grand merci à toutes et tous d’avoir rendu cela possible et d’y avoir participé.

Je vous souhaite une excellente année 2024.

François Joubert.

Vent frais, vent du matin …

Vent frais, vent du matin …

Chaque matin nous avons droit au spectacle du lever se soleil à notre arrivée.

Alors parfois, du parking jusqu’au Toutounier, nous prenons plaisir à déambuler par les chemins de traverse du domaine de la Bourbansais, pour en profiter un peu plus !

On les connait par cœur, tous ces chemins, on marche souvent plus de 10 km par jour.

Mais dans ce cadre, et même dans le froid, c’est un plaisir.

… et voilà, on arrive au Toutounier !

… un café, on se change et nous sommes prêts à ressortir !

Direction: la volerie.

… et c’est reparti à travers le domaine, pour rejoindre Ronan et Hyléna, qui prennent soin des oiseaux.

On traverse le jardin « à la française »…

… pour arriver à la volerie.

Nous rejoignons Ronan et Hyléna dans le chalet de la volerie. Ils nous expliquent que pour prendre soin des oiseaux, il faut que leurs volières soient propres et saines.

On va donc les aider à

mettre des copeaux propres.

Hyléna déplace un hibou grand duc pour que nous puissions entrer dans sa loge.

… et c’est parti !

Les habitants des volières surveillent.

Ils font parfois peur, mais ils sont gentils. Et puis, on est habitué à les voir de très près. Et à les entendre aussi, certains sont très bruyants. Maintenant on sait reconnaitre les chants et cris des pygargues, des ibis, des perroquets, des grues, des vautours, des hiboux … c’est chouette !

… Lequel est le plus curieux de l’autre ?

… et puis, vous vous souvenez que nous avions ramassé des noix, il y a déjà quelques semaines ? Nous l’avons déjà raconté ici.

Et bien aujour’hui, c’est nous qui allons les donner directement aux aras ararauna.

Hyléna nous aide à s’en approcher sans crainte. Elle rassure les oiseaux et nous aussi. Ils mangent les noix que nous leurs donnons à la main.

Paco, Tina, Rio et Janeiro ont l’air contents, alors tout va bien …

… parce que nous aussi !

On l’a déjà aperçue à la volerie, mais on ne  l’avait pas encore présentée: Léonore est en stage pour 3 mois avec nous au Toutounier.

… et comme tout bon éducateur et éducatrice doit savoir faire des crêpes, on fait des exercices et on goûte pour valider la compétence !

A voir les sourires, la compétence « crêpe » de Léonore est validée !

C’est la fin de la saison des confitures aussi, on a déjà ramassé les dernières figues.

Mais on n’a pas de chance … les soigneurs du zoo ont reçu trop de bananes pour les animaux … ils ne vont pas pouvoir toutes les utiliser.

Et hop, une dernière cuisson, de la confiture de bananes, pour la route !

Elissa est libanaise.  Elle est assistante sociale dans son pays, et elle est venue en France pour quelques jours de réunions de travail.

Alors elle nous a aussi rendu visite. Mieux qu’une conférence, elle a enfilé la tenue du Toutounier et la voilà qui partage deux journées avec nous.

Ça va, nous savons être accueillants !

C’est sûr que maintenant on parle de notre confiture de bananes jusqu’au Levant !

On dirait des petits bonshommes verts qui circulent à la Bourbansais … peut-être les lutins du Père-Noël ? C’est vrai que Noël approche, on a des choses à préparer et partager !

On avait repéré du houx avec de magnifiques billes rouges.

Comme d’habitude, on a plein d’idées !

Avec des bouts de bois, du bambou, du houx, des plumes, des pommes de pin …

Ça coupe, ça assemble, ça colle …

On fait les étiquettes sur les pots de confiture …

Décorations et confitures: voilà nos paniers de Noël prêts à être distribués.

…  et c’est reparti pour un nouveau tour du domaine, les bras chargés !

Il y en a pour tout le monde, jusque dans les bureaux.

Même la chambre froide du zoo redevient toute belle !

L’atmosphère est à la fête, mais on n’oublie pas notre enquête scientifique.

Notre étude des hérissons se poursuit selon le protocole de la « Mission hérisson ».

Nous avons donc réinstallé notre tunnel à empreintes. On est habitué maintenant.

… et nous n’avons eu qu’un seul passage de hérisson cette fois-ci, près du potager.

Ils doivent commencer leur hibernation.

On a vérifié, les abris que nous avons fabriqués et installés dans les bois derrière la volerie ne sont pas habités. Aucun hérisson ne s’y est installé pour passer l’hiver.

Mais nous avons appris que les blaireaux sont des prédateurs pour les hérissons … et vous vous souvenez … nos moulages en plâtre au printemps nous avaient appris qu’il y avait des blaireaux derrière la volerie.

A cause des blaireaux donc, les hérissons ne sont pas en sécurité, nous devons déplacer les abris dans des endroits plus sûrs.

On va d’abord les nettoyer et faire quelques travaux d’entretien.

Les molosses se dégourdissent les papattes

… quand on ne préfère pas les prendre dans les bras !

Vous voulez un peu de tendresse ? …

On n’essaie pas de porter les plus grands.

Mais l’intention est toujours là !

Il faut maintenant retraverser le domaine et le zoo dans l’autre sens, car on a invité du monde à manger avec nous ce midi, et il faut que tout soit prêt !

Bon appétit !

On dirait une crèche … les suricates nous offrent une jolie scène de nativité vivante et émouvante …

Joyeux Noël !

Au soleil, le matin, les arbres sont en or

Au soleil, le matin, les arbres sont en or

C’est l’heure exquise et matinale
Que rougit un soleil soudain.
A travers la brume automnale
Tombent les feuilles du jardin.

(François Copée)

Les feuilles commencent à jaunir … on dirait qu’elles sont en or !

puis elles brunissent avant de se laisser tomber !

Les feuilles au sol ne semblent pas déranger tout le monde !

le héron contemple la prairie encore fleurie

Les toiles d’arraignée s’illuminent de rosée matinale …

Elles sont belles, les citrouilles.

 Mais on ne va pas faire que les regarder …

La brume du matin, …

Les feuilles jaunes et brunes, …

Les citrouilles dans le potager, …

Les premières soupes de légumes de la saison, …

Pas de doute possible: nous sommes en automne !

… on ne s’en lasse pas, de notre paysage matinal.

Il n’y a pas que les feuilles d’arbre qui tombent en automne. Le grand renne des forêts porte encore ses immenses bois majestueux. Ils tomberont bientôt pour repousser au printemps.

Même l’enclos des saïmiris du Pérou, les petits primates tout mignons, a changé de couleur. Et c’est beau.

Et puisqu’on passe par le potager, on ramasse aussi les noix au sol. Il n’y en a pas beaucoup cette année. On va les mettre quand-même à sécher, et on les donnera aux capucins cet hiver.

Et puis il y a aussi des figues !

On les cueille dans l’arbre. Certaines sont hautes, alors on utilise une perche. C’est un travail d’équipe !

On ramasse, on épluche les châtaignes …

Figues, noix et châtaignes … On a l’habitude maintenant de savourer l’automne en confitures !

On se souvient de Léa, qui était déjà venue en stage au printemps. Elle est revenue pour un autre stage.

Trop bien !

Elles ont l’air un peu bizarre les soigneuses aujourd’hui … non ?

On reconnait Justine, Cassandra, Anaelle et Roxane, mais quelque chose a changé chez elles …

Cassandra a changé de coiffure …

Même Delphine, la responsable du chenil, a enfilé son collier de fleurs et ses lunettes roses à paillettes.

C’est la fin de la saison touristique, c’est donc le dernier spectacle de l’année !

Delphine et Cassandra vont rester travailler au chenil, mais justine, qui est saisonnière, va nous dire au revoir.

On la reverra peut-être l’année prochaine ?

Delphine vient nous voir tous les jours au Toutounier.

Il faut dire qu’on aime bien recevoir ! Et puis, elle nous dit ce qu’on peut faire avec les chiens.

Elle nous dit, par exemple, qu’on peut câliner les bébés !

On peut aussi promener les petits whippets. Uber, Uble et Uderzo sont trois frères. Ils se ressemblent.

Ils sont encore petits et joueurs, mais on

les voit grandir chaque semaine.

Ils ont de la place pour apprendre à courir !

L’année prochaine ils seront les champions

des courses à vue sur leurre.

Les enfants viennent les caresser. Les petits whippets s’habituent à voir du monde.

… on les aide à grandir !

Delphine nous dit aussi que les mamans des chiots, les bassets fauve de Bretagne et les teckels, peuvent être promenées.

Delphine nous dit aussi que, comme il n’y a plus de course jusqu’au printemps prochain, il faut quand même faire courir les grands whippets pour les garder en forme.

Alors on les amène sur l’esplanade de spectacle, et on leur jette la baballe !

Même les plus grands athlètes fatiguent !

… et puis il y a les très grands, les vieux Français tricolores. Ils ne courent plus, ils sont trop vieux. Mais ils ont toujours besoin d’attention et de câlins !

Le bureau de Delphine est installé dans la boulangerie du château, à côté de l’étang de la boulangerie.

Le chemin d’accès à la boulangerie qui longe le chenil est entretenu.

… et pendant ce temps, au zoo aussi, il n’y a plus beaucoup de visiteurs, et c’est la fin des spectacles de présentation des oiseaux.

Les tigres et les guépards semblent venir nous demander où sont passés tous les gens!

Les loups à crinière sont jeunes et trop occupés entre eux pour prêter attention à nous.

A la différence des lions qui, eux, nous observent !

Heureusement que nous, on est là !

vous l’avez vu, le petit triton marbré sur le muret de la douve ?

Là, tout devant, en bas de la photo …

… et bien nous, on l’a repéré !

Parcequ’on a pris l’habitude d’observer.

Il est tout petit, c’est un juvénile.

Il n’est pas magnifique ?

… et lui, à l’entrée du potager, on l’a vu aussi. C’est un orvet. Sans pattes, il ressemble à un serpent, mais il fait partie de la famille des lézards !

Il doit être content de nous voir, on dirait qu’il nous sourit !

Il y a d’autres animaux encore dont on a observé les traces. On a fait des moulages d’empreintes les mois précédents.

Avec la caméra d’observation on va pouvoir les voir.

Vous vous souvenez, on avait identifié les empreintes de blaireau ? … on a maintenant la preuve qu’on ne s’était pas trompé !

Ce gros sanglier qui passe dans les bois derrière le chenil doit se dire « ils sont fous ces gaulois ! »

On voit souvent des chevreuils au loin, quand on marche en forêt ou qu’on promène des chiens. Celui-ci s’est approché de la caméra.

Elodie, Roxane et Morgan ont plein de choses à nous raconter sur les animaux et sur la vie du zoo. Et nous, nous leur racontons nos observations et tout ce que nous faisons.

Cette semaine, c’est Jade, Nathalie et Juliette qui partagent notre repas. Juliette est saisonnière à l’accueil. Et comme la saison se termine, on ne la reverra qu’au printemps prochain … car c’est sûr, elle nous a annoncé qu’elle reviendra l’année prochaine !

… on retrouve notre tas de bois et le plaisir de ranger les bûches …

La cheminée a repris du service …

Pas de doute, on a changé de saison !

L’été met des fleurs à sa boutonnière

L’été met des fleurs à sa boutonnière

Cet été le château de la Bourbansais a écouté le poète, et a mis des fleurs à sa boutonnière aussi !

Et pas que le château, on en retrouve partout, disséminées dans le parc.

Même les guépards peuvent admirer les fleurs de nénuphar qui se cachent dans leur enclos.

Vous la voyez, la petite abeille qui butine le pollen dans le potager ?

Et nous aussi on sait prendre le temps d’apprécier les fleurs !

Cassandre aussi semble les apprécier. Elle est déjà venue en stage avec nous au printemps, il n’y a pas très longtemps. Elle  a eu envie de revenir pour un autre stage cet été.

On a cueilli quelques fleurs qu’on a mises à sécher pour en profiter plus longtemps.

C’est l’été, alors beaucoup d’entre nous sont en vacances.

Nous sommes donc moins nombreux au Toutounier.

Stéphane, Anna et Maxime, les maçons qui mangent avec nous chaque midi, et qu’on connait bien, doivent terminer leur chantier avant de partir en congés eux aussi.

Stéphane taille des pierres. Ça fait de la poussière !

Anna et maxime on presque fini de placer les pierres une par une, avec du sable et de la chaux. A l’ancienne, c’est un travail de passionnés. C’est normal, le château est un monument historique.

Il faut faire attention en descendant de l’échafaudage, ça peut être dangereux… n’est-ce pas Anna ?

… et voilà, maintenant il faut tout ranger avant de partir !

Le mur est beau. Il y a même des trous et des petites cavités pour que les oiseaux, les lézards, les chauve-souris ou les hérissons puissent nicher dedans.

A la Bourbansais, il y a une vrai passion pour les animaux, jusqu’à l’intérieur des murs !

… en parlant de hérissons justement … où en est notre enquête scientifique commencée au printemps ?

On a fait une deuxième série d’observations d’empreintes (le protocole d’enquête nous demande de le faire une fois tous les deux mois). On a donc remis notre tunnel à empreintes.

Oulala … cette fois-ci il y a une empreinte énorme ! Un gros pépère est passé par là !

Mais qui donc ?

On s’est équipé d’une caméra d’observation de la nature, une caméra piège, qui se déclenche automatiquement quand un animal passe devant.

En plus de l’empreinte, on aura donc le film de l’animal qui laisse ses traces de passage !

Voyons-voir ce que la caméra nous révèle …

On a la preuve qu’on ne s’était pas trompé, c’est bien un hérisson !

Et on continue quand même de repérer des empreintes dans la terre.

D’ailleurs, on en trouve encore de nouvelles !

C’est une habitude qu’on a prise, maintenant, de faire des moulages en plâtre pour les étudier. Alors on le fait souvent.

… mais maintenant qu’on l’a essayée avec succès pour le hérisson, on pourra mettre la caméra d’observation par là aussi, pour avoir le cœur net !

Alors celle-là, c’est un chien ou un renard qui l’a laissée ? …

Pas facile d’être sûr.

… nouvelle enquête en cours …

Les chiens du chenil, on les connait bien, on passe du temps avec eux.

On les promène souvent en forêt.

Même parfois quand il pleut en été  !

D’ailleurs, cet été, c’est arrivé souvent.

On les câline … à moins que ce ne soit l’inverse !

On les fait courir sur l’esplanade de spectacle, devant le château… « allez, va chercher la baballe ! « 

A fond les ballons !

Ils sont plein d’énergie !

A nous aussi il en faut, de l’énergie !

Au chenil, il y a même des brebis. Un petit troupeau que Mitch, Muscat et Twist,  les border coolies aiment bien guider. Ce sont des chiens de bergers.

… c’est pas étonnant qu’ils soient heureux !

 

Justine et Cassandra, les soigneuses du chenil sont tout émues et attendries de nous présenter les jeunes chiots nés cette semaine.

Il y a eu trois portées:

des petits bassets fauve de Bretagne,

… et un petit teckel !

Des chiens qui ne sont pas grands une fois adultes, alors jeunes chiots ils sont minuscules et fragiles.

Ils n’ont même pas encore ouvert les yeux !

On ne peut pas encore nous occuper des chiots, ils sont trop petits. Dans quelques mois on pourra peut-être jouer avec eux et on les promènera, si Delphine, la responsable du chenil, nous le demande. En attendant on les voit grandir chaque semaine.

Mais on peut prendre du temps avec les trois jeunes mamans qui ont besoin d’attention… et ça, on sait faire !

… j’ai quand même l’impression qu’il y en a une qui en profite volontiers pour être prise dans les bras !

En forêt, on promène les chiens et on observe les animaux ou leurs traces, mais en été on cueille aussi des mûres.

la recette est bien rodée …

… la confiture de mûres, c’est excellent  dans le fromage blanc !

Dans le potager aussi on fait des cueillettes.

C’est la saison des haricots.

On les donne à Jérôme, le chef jardinier qui les met à disposition des visiteurs, en libre service dans une chariotte en bois.

Mais on ne peut pas s’empêcher de les goûter quand même. Avec du beurre et du poivre de Sichuan ils sont excellents !

Et ça tombe bien, il y a des poivriers de Sichuan aussi dans le potager.

Les petites billes rouges qui poussent dans les arbustes, ce sont les graines de poivre de Sichuan. Jérôme les récolte et les met à sécher.

Quand ils sont secs, la cosse s’ouvre et libère la graine. Nous, on trie: les cosses séchées d’un côté, et les graines de l’autre.

C’est une occupation calme et minutieuse … on le fait à notre rythme.

Ce sont les cosses séchées que l’on met dans le moulin à poivre sur la table. Le goût est épicé et acidulé, c’est bon avec les haricots du potager. Du potager à l’assiette !

Les graines serviront à Jérôme pour faire de nouvelles plantations.

On est au calme au Toutounier à trier les graines, mais on entend des « taca-clop, taca-clop » …

Ce sont des chevaux, deux juments et deux poulains qui viennent d’arriver dans le pré juste derrière.

On en aurait presque oublié le zoo, avec ses animaux, ses visiteurs, les spectacles et les tournées de ramassage de papiers.

Il faisait beau quand on a débuté cette tournée … mais on s’est payé une belle rincée de pluie soudaine.

Des trombes d’eau, on est trempés !

Après cette grosse averse, le lion aura besoin de refaire le brushing de sa belle crinière !

Dans le parc, on croise régulièrement Salma. Salma était en stage avec nous au printemps, elle a passé trois mois au Toutounier pour devenir monitrice-éducatrice. Mais cet été, elle a été embauchée par la Bourbansais pour travailler à l’accueil et à la buvette.

Elle ne nous a pas oubliés. On passe souvent lui dire bonjour.

L’association Connaître et Protéger le Panda Roux (CPPR) présente une animation au zoo aujourd’hui. Marine est soigneuse animalière, et on connait bien.

Elle a proposé de nous maquiller …

de belles frimousses de petit panda roux !

Pour en savoir plus sur le panda roux, voici le site internet de l’association :

cppr-pandaroux.org

Mais revenons à nos fleurs estivales du début …

 les colchiques commencent déjà à nous signaler la fin prochaine de l’été.

Le potager nous le confirme, il commence aussi à porter les couleurs et saveurs de l’automne !

C’est le moment de la rentrée, avec encore sûrement plein de nouvelles choses à vivre et à ressentir .

Le printemps, c’est maintenant !

Le printemps, c’est maintenant !

On est encore au printemps. Les fleurs du cerisier tombent en laissant un tapis rose dans l’herbe.

C’est le moment de passer du temps dans le potager !

Il y a plein de choses à voir, à sentir et à goûter.

Par où commencer … ?

Ca y est, Jérôme, le jardinier responsable du potager, nous a dit qu’on pouvait cueillir les fruits !

Du cassis, des framboises, des groseilles, myrtilles, rhubarbe …

Il y a aussi plein de légumes, mais pour l’instant nous les admirons seulement.

Ah, je vois des plumes qui dépassent … il doit y avoir un drôle d’oiseau caché là, qui se régale des cassis !

Ah non, c’est Léa. Elle s’est fait toute belle avec une parure de plumes d’aigle, que Ronan nous a données à la volerie.

Léa est élève du lycée Abbé Pierre de Tinténiac, en stage avec nous… je suis sûr qu’elle est toujours aussi souriante en classe !

C’est pas le tout de faire les cueillettes, mais après il faut ramener tout ça.

On coupe, on égrène, on trie, on lave …

Il faut être patient et bien fixer son attention. On donnera notre récolte aux cuisiniers du restaurant, ils seront contents, mais nous on pourra aussi faire quelques bonnes confitures. Alors nous sommes très mo-ti-vés !

On essaie plein de recettes différentes: rhubarbe, cassis, framboise  …

… avec des bouquets de menthe fraichement cueillie …

Nous sommes créatifs, mais c’est du sérieux !

Attention à ne pas en perdre une goutte … il faut de la précision !

Il n’y a plus qu’à coller les étiquettes …

et à l’étaler sur des crêpes.

C’est pas le meilleur goûter du monde, ça ?

Les confiture, c’est important, mais on a fait plein d’autres choses aussi …

par exemple, on s’occupe encore souvent des chiens qui ont besoin d’être promenés.

Même sous la pluie.

On s’occupe même de Plume, quand elle réclame des gratouilles !

Avec le sourire …

… et même mieux qu’un sourire !

Quand on va en forêt, on va voir les abris à hérisson que nous avons installés.

Pour savoir s’ils sont occupés, nous avons installé de l’argile de poterie devant l’entrée.

C’est officiel, les empreintes laissées nous montrent que l’abri est vraiment occupé par des hérissons !

Nous voyons d’autres empreintes dans les chemins humides de la forêt.

Et au bord des champs aussi. Alors maintenant on a l’habitude de faire des moulages en plâtre pour les étudier.

Ensuite on regarde dans les livres pour savoir quel animal a laissé les traces de son passage.

On n’a pas encore rencontré de martre, de renard ou de blaireau, ils sortent surtout la nuit. Mais on a la preuve qu’il y en a dans la forêt, on a reconnu leurs empreintes !

Les soigneurs du zoo nous ont signalé une magnifique empreinte plus grande que les autres, par là, dans la terre humide …

C’est le moulage du sabot de Mika, le grand mâle girafe.

Il est immense !

Du coup, nos enquêtes sur les empreintes vont servir à un programme de science participative très sérieux.

Nous avons un tunnel à empreintes acheté à la LPO, et nous en avons fabriqué un.

Nous pouvons donc participer à la « Mission hérisson », une étude scientifique des populations de hérisson.

Pour cela, on installe un tunnel à empreintes dans un endroit précis, 5 jours d’affilée.

On place des feuilles de papier, de l’encre et quelques croquettes pour chats au milieu.

On glisse la plaque dans le tunnel. On fixe bien le tout …

… et le lendemain matin on vérifie si des animaux sont venus.

Elles sont magnifiques … des empreintes de choupissons !

C’est peut-être une trace laissée par un des petits qu’on voit parfois près du local des soigneurs. Ils sont très fragiles, il ne faut pas les embêter.

Nous prenons chaque feuille marquée des empreintes en photo, et Arnaud, le responsable du zoo, transmet les données que nous avons recueillies aux scientifiques de la mission hérisson.

On peut consulter les résultats avec nos observations sur le site officiel:

https://missionherisson.org/

On refera l’expérience tous les deux mois. C’est le protocole scientifique. Prochaine enquête en août!

Célia est animatrice. Elle est venue passer quelques jours avec nous.

Elle nous a amenés dans le parc couper du bambou.

Le carillon de bambou et d’ardoise du château tinte le son de la Bourbansais au dessus du comptoir du Toutounier !

Les travaux du Toutounier continuent toujours. A notre rythme.

On ponce …

On apprête…

Une première couche …

Une deuxième couche …

… sans déborder, s’il vous plaît !

C’est tout beau !

Avec un Toutounier aussi beau dehors que dedans, ce n’est pas étonnant que nous ayons souvent de la visite!

Des élève de la classe de 4ème pro du lycée Abbé Pierre de Tinténiac sont venus à notre rencontre, avec leurs professeurs.

Nous leur avons montré nos abris à hérissons et nos enquêtes et études de traces d’animaux.

Et nous avons accompagné d’autres élèves pour une promenenade de chiens.

Des élèves d’un IME sont venus aussi nous voir.

On a pique-niqué dehors tous ensemble.

C’est convivial.

Au fait, on ne l’a pas encore précisé, mais il y a toujours les visiteurs au zoo aussi, alors on donne toujours des coups de main pour entretenir le parc. Notamment avec nos pinces ramasse-papiers …

… ou au restaurant. Mais on vous en dira plus au prochain numéro !

La convivialité, c’est aussi avec Stéphane, Maxime et Anna, les maçons, artisans du patrimoine, qui travaillent sur le domaine et mangent avec nous tous les midis. Aujourd’hui, Stéphane a amené son camion de collection et propose un tour du domaine pour fêter un départ.

Les jardiniers et les soigneurs du zoo, de la volerie et du chenil sont venus aussi nous saluer et dire au revoir à ceux qui partent en vacances ou sur de nouveaux projets.

Et tout ça, c’est chouette.

Le printemps est arrivé, la belle saison !

Le printemps est arrivé, la belle saison !

« Le printemps est arrivé, sors de ta maison
Le printemps est arrivé, la belle saison !

Vive la vie et vive le vent et vive le printemps ! »

le réveil de bonne heure est parfois encore un peu difficile … mais la chanson le dit: « Y a le printemps qui t’ensoleille, oh, le coquin de printemps
Y a le printemps qui te réveille, t’as le bonjour du printemps »

Mika la girafe attend impatiemment l’arrivée des nouvelles feuilles pour les manger… elles ne vont plus tarder !

Les lémuriens aussi ont déjà repéré les bourgeons et les premières fleurs…

Il faut dire que nous voyons les changements chaque jour, et ça va très vite !

Au sol aussi, les feuillages sont attendus par les poules d’eau qui couvent leurs œufs discrètement … vous les voyez, cachés là ?

Nous, on les a repérés dans la volière parmi les ibis et spatules !

Mais chut … on ne va pas déranger …

Les chemins de visite du zoo commencent aussi à se colorer !

C’est le printemps dans le potager aussi.

les potager se réveille.

Les herbes indésirables aussi se réveillent !

On les enlève à la main.

et hop … on alimente le compost !

Les toutes premières cueillettes peuvent commencer !

Les jeunes pousses de rhubarbe sont tendres …

Vous avez une idée de ce qu’on pourra en faire ?

d’abord les éplucher, les couper, les laver …

Tout le monde s’y met… Cassandre est venue une semaine en stage, elle nous aide.

Et une cuisson de la rhubarbe dans du sucre, dans une bassine en cuivre … ça vous rappelle quelque chose ?

… et oui, les premières confitures de l’année … On a terminé le dernier pot de la confiture de figues la semaine dernière, on n’en n’avait plus !

Le cycle des saisons correspond au cycle des confitures, ça tombe bien !

Lou-Anne est venue ausssi passer quelques semaines avec nous. Elle est élève au lycée Abbé Pierre de Tinténiac.

Les chiens ont besoin d’être préparés pour l’ouverture de la saison touristique. Ils feront les spectacles, les Whippets feront des courses, il faut donc les maintenir en forme.

On les fait marcher dans les bois.

On les fait courir sur l’esplanade où ils feront bientôt  les courses.

Cassandra et Justine travaillent au chenil de la Bourbansais. Elles nous disent ce qu’on peut faire pour les aider.

allez … va chercher la baballe ! …

Justine et Cassandra nous préparent les chiens. Parfois elles viennent avec nous.

Même les gros chiens imposants sont adorables et réclamment des caresses !

Tornade est un tout jeune chiot pas encore habitué … il préfère encore la promenade dans les bras …

Tobleronne, le teckel, marche très bien … mais c’est un plaisir de le prendre dans les bras pour lui faire des câlins !

Salma nous a rejoints pour trois mois, en stage pour devenir monitrice-éducatrice… ça doit consister à prendre des chiots dans les bras on dirait !

On promène des chiens, mais on participe aussi à l’entretien du chenil.

On profite des marches avec les chiens pour observer des traces de passage d’animaux sauvages…

qui a bien pu faire des marques comme ça ?

On voit très souvent des chevreuils lors de nos promenades en forêt. Mais ils ne sont pas les seuls animaux à passer par là.

Des sabots, des griffes, des coussinets … il y en a plein de différentes … pour les étudier de près nous faisons encore des moulages en plâtre.

On enlève la terre délicatement et le moulage a parlé : cette trace est celle d’un petit sanglier: un marcassin !

Laïka la jeune tigresse vient toujours nous voir en laissant ses empreintes dans la terre mouillée … Alors nous allons les voir de plus près.

Les tigres sont rentrés le soir dans leur loge de nuit. Les vérifications de sécurité sont faites,  nous pouvons pénétrer dans leur enclos et faire des moulages en plâtre de leurs empreintes. C’est quand même impressionnant.

On dirait des pas de chat … en plus gros !

Le matin on y retourne pour récupérer l’empreinte moulée…

ça a l’ai pas mal du tout … comme pour les autres, il va falloir les nettoyer et enlever délicatement la terre sans abimer le moulage.

Impressionnant !

au fait, nous avions encore deux chantiers en cours … les porte-manteaux pour notre vestiaire et le deuxième abri pour hérissons !

L’abri pour hérisson est tout juste terminé…

Nous lui préparons une chambre douillette avec une brassée de paille …

et nous l’installons  derrière la volerie, pas très loin de l’abri que nous avions déjà mis l’année dernière. On n’a pas oublié d’installer un peu de terre humide devant l’entrée pour vérifier s’il y a des traces de passages. On passera voir régulièrement si une famille s’y installe pour élever des petits hérissons … on peut les appeler des choupissons !

Pour les porte-manteaux, Léa, Hermine, Loann et Emma viennent toujours nous donner un coup de main.

l’accrochage a été l’occasion d’un bon moment partagé !

… vous auriez imaginé qu’installer des porte-manteaux provoquerait autant de sourires ?

Un grand merci les filles !

Du coup on était bien ensemble, les filles sont restées avec nous toute la journée: on a préparé et partagé le repas …

et même les crêpes du goûter !

ah, tu as entendu le mot « crêpes » alors tu sors ton museau … mais ce n’est pas pour le vison !

On a été très fiers d’inviter Justine, on a pu prendre le temps d’échanger.

Et Stéphane, le maçon tailleur de pierres qui mange avec nous chaque midi a ramené une deuxième caisse de sa collection pour nous montrer d’autres figurines Star Wars !

On aime bien les bonnes tablées sympathiques …

et les discussions au comptoir !

Mais on aime aussi rester au calme devant des spectacles tous simples, comme un feu de cheminée …

Ou un envol de cigogne !

… tant de choses, c’est renversant, non ?

Un bel hiver bien frais !

Un bel hiver bien frais !

Le fond de l’air est frais …

Quand nous arrivons le matin, le sol est parfois gelé et il fait froid. C’est l’hiver.

Cela ne nous empêche pas de trouver le parc très beau !

En été on y fera des cueillettes, mais pour l’instant le potager est en sommeil …

Les éléphants de buis ont froid.

Oscar, le vison est curieux. Il sort sa tête mais reste le corps au chaud.

Il attend pour se montrer aux visiteurs que le parc ouvre au public.

C’est pour bientôt, alors il faut tout préparer…

On circule dans le zoo avec des seaux d’eau et des éponges pour nettoyer les panneaux d’information.

On en profite pour prendre le temps de les lire et de bien les comprendre, d’observer les animaux dans leurs enclos… c’est important!

On apprend des choses et on pourra ensuite donner des renseignements aux visiteurs.

Coucou les girafes !

Coucou les suricates !

Ce n’est pas une éponge ça … mais on fait quand même un coucou à Laïka, la jeune tigresse qui aime venir nous voir pour jouer avec nous.

Et on découvre un nouvel oiseau dans sa volière. Il est très coloré, comme un arc-en-ciel ! C’est un rolier.

Le rolier est dans le zoo, mais il y a plein d’autres oiseaux à la volerie, qui n’est pas ouverte au public. On y va et on y retrouve Ronan et Hyléna.

Le hibou grand duc est content de nous voir. C’est normal, on enlève le tas de feuille juste devant sa volière.

On a ramassé des brindilles qu’Hyléna installera dans la volière des ibis. Ils vont les utiliser pour construire leurs nids.

On nettoie les tours.

Le pygargue de Steller est un grand aigle pêcheur. Il se posera sur les tours toutes propres pour voler juste au dessus des têtes des visiteurs.

 Ronan nous a dit que ce pygargue se prénomme William.

Les spectateur aussi profiteront d’installations confortables.

Assis sur ces bancs tous propres, ils verront de très près le Harfang des neiges.

C’est lui le Harfang… Ronan, tu peux nous dire si c’est une chouette ou un hibou ?

Maintenant qu’on sait faire avec les tours, avec les bancs … on peut aussi nettoyer les chemins du parc !

et les chambres froides …

… et les chaises et tables de la terrasse du restaurant !

On aide Katell, qui travaille au restaurant, à préparer la terrasse

C’est magnifique !

La préparation de l’ouverture au public, c’est aussi l’aménagement des parkings.

Nous aidons Benoît à planter des chênes et hêtres, pour que les voitures soient à l’ombre en été.

Il faut enlever les protections et tout vérifier avant de planter les arbres !

… et voilà !

Comme d’habitude, nos repas du midi au Toutounier sont des occasions de rencontrer des personnes intéressantes et d’échanger avec elles. Ce midi, Elodie et Morgan, qui sont soigneurs des animaux du zoo, sont venus partager ce temps avec nous.

Bien sûr on parle des animaux, mais Elodie nous a aussi raconté que quand elle était en formation pour devenir soigneuse, elle était hébergée ici, au Toutounier ! Le Toutounier servait de logement aux stagiaires et saisonniers.

Maxime et Stéphane, les maçons, mangent aussi avec nous tous les midis.

… et comme on se connait bien maintenant, Stéphane nous a parlé de sa collection « Star Wars »…

Alors aujourd’hui il a amené quelques maquettes spécialement pour nous, pour nous les monter.

De belles rencontres !

Le château de la Bourbansais est un monument historique classé. Stéphane et Maxime nous expliquent aussi comment ils travaillent.

Ils sont passionnés par leur métier chargé d’histoire !

Pour l’instant c’est encore un chantier, mais dans quelques semaines cette pièce sera complètement restaurée.

Il faut aussi prendre soin des chiens, et les promener. C’est un plaisir d’aider Cassandra.

Cassandra travaille au chenil. On la connait bien.

Jérôme est en stage avec nous. C’est un élève du lycée Abbé Pierre de Tinténiac.

Aujourd’hui on utilise des harnais pour promener les whippets.

On va dans les bois entourant le domaine.

Mais des fois, ce sont les bassets fauves de Bretagne que nous promenons !

C’est de l’exercice pour tout le monde !

les promenades, c’est bien … mais le soin aux animaux, c’est aussi l’entretien de leurs lieux de vie !

Après la promenade, on aide Cassandra à nettoyer le chenil.

Les Toutous disent merci au Toutounier !

Lors de marches en forêt, nous avons repéré des traces d’animaux dans la terre … qui a bien pu passer par là ?

On y retourne avec du plâtre pour en faire des moulages et les étudier …

les moulages sont secs, on peut délicatement enlever la terre collée …

Nous avons maintenant la preuve que des chiens, des chevreuils, des sangliers et des blaireaux fréquentent les bois de la bourbansais !

Ah oui, c’est sûr … c’est bien une trace de blaireau ça !

Au fait, le tas de bois, il progresse toujours ?

Benoît fournit une aide avec le tracteur…

Et nous, on fournit nos sourires et nos bras costauds !

Terminé …

Vivement l’année prochaine qu’on en refasse un autre encore plus grand !

Léa, Hermine et Loann, les élèves de terminale du Lycée Abbé Pierre, sont revenues… Emma était malade elle a raté cette journée !

Avec elles, nous fabriquons des porte-manteaux que nous allons installer dans le vestiaire du Toutounier.

C’est donc sérieux ! Il faut calculer, mesurer, couper, assembler …

Nous n’avons pas eu le temps de finir … les filles reviendront chaque semaine du mois de mars pour terminer le projet « porte-manteaux » avec nous !

Et pendant ce temps nous continuons aussi la construction de l’abri pour hérissons … les couloirs et la chambre sont prêts. il ne reste plus que le toit à faire.

Le grand jour arrive …

Ce sont les vacances scolaires de février et le domaine de la Bourbansais ouvre au public !

Nous resortons nos pinces ramasse-papiers, et c’est reparti pour une saison de déambulations dans le parc, au contact des visiteurs ! …

le premier batonnet de sucette ramassé de l’année 2023 !

On ramasse les papiers, mais on écoute Morgan qui explique aux visiteurs comment vivent les girafes…

et on s’arrête, bien obligés, parce que l’âne réclame des caresses !

Les pinces toujours à la main, on prend aussi le temps de jouer avec Laïka …

Cache-cache … on t’a vue !

La petite joue pendant que ses parents se font des câlins.

et que les lions observent les promeneurs.

Le bébé oryx voit ses premiers visiteurs.

Aimée, qui est en stage pour quelques jours, donne des noix aux capucins avec nous.

On croise même des soigneurs qui nourissent les atèles de Colombie … alors on le fait aussi avec eux ! On leur donne des légumes.

les spatules restent imperturbables, elles continuent de fouiller la mangrove, à la recherche de nourriture.

Ah, on savait bien qu’Oscar, le vison, attendait les visiteurs pour sortir et se montrer !

 

Et jai l’impression que le calao nous fait de l’oeil …

… pendant que les zébus nous tournent le dos !

Mais ce n’est pas le genre du Toutounier d’oublier que la sortie de l’hiver, c’est aussi la saison des crêpes ! Et comme il nous reste (un peu) de confiture, c’est parfait !

On se fera un plaisir d’en proposer à tout le monde !

… C’est pas un hiver comme on l’aime, ça ?

 

 

 

Un automne coloré et fleuri

Un automne coloré et fleuri

 l’arrivée matinale au Toutounier nous montre déjà la beauté de l’automne …

Tous les jours on passe par là, mais le spectacle est à chaque fois différent.

 il n’a pas franchement neigé, mais quelques flocons ont quand même blanchi les allées.

Il fait froid, mais beau et sec. Alors on se couvre bien, et on passe quand même nos journées dehors !

 Jeanne est stagiaire en formation d’éducatrice spécialisée et elle vient passer 8 semaines avec nous.

Elle est toujours souriante !

On donne un coup de main à Ronan et Hylena, les soigneurs de la volerie. On nettoie les volières, les loges et on met des copeaux propres.

Hylena déplace le pygargue pour qu’on puisse nettoyer sa loge.

Du coup nous aussi on peut s’approcher des oiseaux.

La classe quand même … non ?

Les chiens ont toujours besoin de se dégourdir les pattes.

les chemins forestier et les talus sont aussi parés de leurs couleurs d’automne.

Dans le froid ou sous la pluie, ce n’est que du plaisir partagé !

Il fait froid, alors Cassandra et Lucile ont amené les bébés bassets fauve de Bretagne au Toutounier pour qu’on les caline. Mais Mystique est plus grande et maline, elle obtient des calins aussi !

En préparation de l’hiver, il faut aussi nettoyer et ranger la terasse du restaurant. Alors on aide Katell et on lui donne un coup de main.

Ah oui, mais on arrive bientôt en période de Noël, il va falloir penser à faire les décorations !

Allons donc dans le parc faire nos cuillettes de déco !

Près du potager, devant les girafes, il y a des prairies fleuries. Allons-y !

Léa, Hermine, Loann et Emma, du lycée de Tinténiac sont revenues parmi nous pour une matinée toute fleurie.

On en profite un peu pour nous aussi, on se sent bien.

On met nos bouquets à sécher.

et on continue notre tour dans le parc …

Mika la girafe semble intéressé par le bouquet de fleurs …

de toutes les formes, de toutes les couleurs…

Les animaux nous regardent passer comme des bêtes curieuses.

Certains cherchent la compagnie, Laïka est très joueuse et vient toujours nous voir de près.

D’autres préfèrent profiter du rayon de soleil malgré le froid.

On ramène tout au Toutounier maintenant !

Guirlandes, couronnes, bouquets, suspensions, sapins … on choisit ou on fait tout ça ?

On a de quoi tout faire, à l’aise !

On peut commencer à décorer partout !

On va voir tout le monde pour installer nos décorations et bouquets : volerie, chenil, zoo, bureaux …

Même Stéphane, Maxime et Elise sur leur chantier de maçonnerie ont droit à leur déco made in Toutounier.

Les maçons restaurent des murs anciens. Ils travaillent dehors dans le froid, et mangent avec nous chaque midi. Alors on les accueille.

Elise était en stage de maçonnerie, elle nous a laissé une boite de chocolats et un petit mot pour nous remercier.

Joyeux Noël à tous et bonnes fêtes de fin d’année.

La confiture, ça colle à la figure  …

La confiture, ça colle à la figure …

 Les joies toutes simples ont de rares saveurs,

Des bouchées de douceur comme des fruits bien mûrs;

il faut savoir garder ces instants de bonheur

Comme dans l’armoire, les pots de confitures.

(cf.lespoètes.net)

Une rafale de vent fait pleuvoir les feuilles mortes sur le parking de la Bourbansais.

le vent, , les lumières, les couleurs, les odeurs … pas de doute, on change de saison !

… Le goût des châtaignes que l’on ramasse en forêt …

et grillées dans la cheminée !

Le goût des pommes, en compote ou pressées en jus …

… le goût des noix  …

… le goût des figues …

cueillies bien mûres !

On en a mis pas mal de côté pour cet hiver, on en a aussi donné aux soigneurs pour les aniùaux du zoo, mais on n’a pas pu s’empêcher de faire déjà quelques confitures.

On commence donc par les couper …

Lili-May est élève de terminale au lycée de Tinténiac, en stage pour 4 semaines avec nous. Ca tombe bien on a plein de choses à faire elle va pouvoir nous aider !

Une fois, deux fois, trois fois … chaque ou presque un petit peu … figues, noix, châtaignes … tout y passe !

On rajoute le sucre …

aujourd’hui on s’occupe de figues et de noix qu’on prépare et qu’on mélange.

Hier c’était les châtaignes …

On surveille attentivement, on mélange doucement … attention, c’est chaud !

… on n’oublie pas de sourire …

 

Et on met dans les pots !

… et voilà !

Une fois refroidies, les confitures du Toutounier seront partagées avec les salariés et habitants de la Bourbansais.

miam … et quelle fierté de circuler dans le parc pour les offrir ! Le plaisir est partagé.

Sans trop tourner autour du pot, on aimerait bien les goûter tout de suite quand même … sur quoi on pourrait mettre la confiture encore tiède ? …

Sur des crêpes ! Ouais, bonne initiative, super !

On va croire qu’on ne pense qu’aux plaisirs sensoriels au Toutounier … mais on continue aussi nos activités régulières.

Le tas de bois est de plus en plus beau.

On n’aura pas fini aujourd’hui, mais on peut déjà le dire sans exagérer: il est magnifique !

les bébés chiens ont besoin de changer de loge. Alors on les déplace en les prenant dans nos bras.

Et les plus grands ont toujours besoin d’être promenés.On y va avec Marine, qui est soigneuse animalière. On la connait bien.

Et même sans les chiens, c’est bien aussi de marcher en forêt.

On profite encore du parc,

et des derniers spectacles avant la fermeture hivernale du parc au public.

On a de la visite cette semaine.

Jacques Trémintin écrit dans le journal « Lien Social ». Il a entendu parler du Toutounier et a voulu voir sur place ce que nous faisons.

Il s’en est rendu compte par lui-même en passant la journée avec nous et en posant plein de questions à tout le monde. Il prépare un reportage sur nous.

Il devrait surement écrire des choses positives, on lui a montré tout ce que nous faisons de bien !

… ça vous étonnerait ? …

Colchiques dans les prés …

Colchiques dans les prés …

Colchiques dans les prés,

Fleurissent, fleurissent

Colchiques dans les prés

C’est la fin de l’été


Il a fait très chaud et sec cet été.

C’est la sécheresse et ça se voit !

Les pélicans ont beaucoup moins d’eau.

On ramasse les pommes et les poires.

Tout le monde s’y met.

Pressées, elles feront un excellent jus de pommes !

Il y a des pommes, des poires et aussi des noix.

Je crois qu’on fait des envieux !

Aujourd’hui c’est compote ! Étonnant, non ?

… et ratatouille !

Loann, Léa, Emma et Hermine mangent avec nous ce midi. Elles sont élèves au lycée Abbé Pierre de Tinténiac. Hermine, on la connait bien, elle est déjà venue en stage deux fois l’année dernière. Elle a proposé à d’autres élèves de sa classe de venir nous aider à aménager le local du du Toutounier. Aujourd’hui elles sont venues pour faire connaissance, mais à partir de novembre on les verra souvent.

Le principe est simple: « on fait ensemble » !

le matin quand on arrive il fait déjà un peu frais. Les moutons commencent à mettre leur manteau de laine ! On sent que l’automne n’est pas loin.

C’est bientôt la fin de la saison touristique. On commence à tout ranger …

On aide les jardiniers à fendre les bûches.

On va bien s’amuser à tout ranger, maintenant !

Petit à petit, à notre rythme …

Ce tas là est à l’abri, il sera tout prêt pour la première flambée dans la cheminée.

Avec Laurine et Delphine, on amène les grands chiens français tricolores dans leur chenil pour l’hiver.

Ils sont grands et impresionnants.

Les bassets fauves de Bretagne sont plus petits.

Nous, on se baisse pour leur faire des gratouilles ou des câlins.

Mais comment ça fait un chien pour montrer qu’il est heureux ? …

Il tire la langue ?

Ah non, pas de câlins pour vous, même si vous tirez la langue ! Vous êtes des varis roux.

Marine et Roxane prennent soin des animaux du zoo. Elles ont accepté notre invitation à partager notre repas.

Des fois on est timide, mais en mangeant on peut devenir bavard.

Marine et Roxane répondent à toutes nos questions sur les animaux du zoo, comme les varis roux ou les wallabys par exemple …

Oui, toi, le wallaby, Roxane et Marine nous ont aussi parlé de toi !

On repeint les dernières portes du chenil, notre chantier commencé au printemps. Il restait celles du grenier.

Et voilà, tout beau tout propore !

La forêt commece à changeer d’aspect, on la fréquente, on l’observe et on l’étudie …

 On a même déjà repéré les magnifiques boules rouges du houx pour nos décorations de cet hiver !

… mais n’allons pas trop vite, nous allons faire encore beaucoup de choses d’ici là !

Saveurs d’été

Saveurs d’été

Les papillons et les fleurs
 Dansent sous le soleil
 Ils sont de toutes les couleurs
 Les couleurs de l’arc-en-ciel

 Le potager est en pleine explosion de couleurs et d’odeurs … et de saveurs …
 quelque chose me dit qu’on va bientôt le fréquenter !
 Mais n’allons pas trop vite.

D’abord, on continue ce qu’on a commencé. On nettoie les portes du chenil.

A tour de rôle, tout le monde s’y met.

C’est du travail de précision !

Repeintes, elles sont toutes belles et ça brille !

Tout ça ne nous empêche pas de continuer à recevoir du monde à notre table !

Hyllena, Alexandra, Ronan et Thomas sont venus partager notre repas.

Un groupe d’étudiantes aussi est venu nous rendre visite. On a mangé ensemble, puis nous les avons guidées dans le zoo et expliqué tout ce que nous faisons. Ça les a impressionnées de voir tout ce que nous faisons et connaissons.

… mais retournons à nos chantiers …

Mystique est la chienne la plus gentille du monde ! Elle adore les caresse.

On promène des whippets, ce sont des lévriers. Ceux-là ne feront pas les courses aujourd’hui, ils ont eu la visite du vétérinaire. Alors ils ont besoin d’être promenés pour se dégourdir les pattes quand-même. Ils courent très vite alors il faut bien les tenir !

… et on a dit au revoir à Maëlys avec un goûter fait maison …

ça fait 3 mois déjà qu’on lui apprend son travail, alors elle devrait bien se débrouiller sans nous maintenant !

… ça vaut bien une photo !

On en était où de nos portes du chenil … ah oui… on les a remises à leur place et maintenant on peint les linteaux pour que Mystique soit contente ! D’ailleurs, elle surveille !

Bénédicte vient d’arriver au Toutounier. C’est à son tour de passer ses journées avec nous.

Bénédicte est élève du lycée Abbé Pierre, de Tinténiac.

Bénédicte et Cassandra, une soigneuse qui travaille au chenil, ont organisé une marche en forêt avec des chiens attachés par des harnais. Ce n’est pas une laisse tenue à la main. Ça change ! C’est une nouveauté que nous essayons.

et comme on a les mains libres, on peut faire deux fois plus de caresse !

On a de la chance, Thomas est guide-conférencier, et il nous fait visiter le château aujourd’hui. Il faut dire qu’on l’avait invité à manger avec nous alors …

C’est pas le luxe du Toutounier, mais c’est magnifique aussi !

On prend soin de soi. C’est important aussi de passer des moments tranquilles, pour se sentir bien.

On se coiffe, on lit, on bricole …

Ah, non, pas encore toi ! Tu as déjà eu la visite du coiffeur !

Le potager nous permet de passer des moments tranquilles, aussi, en ramassant les fruits. Il faut bien fixer son attention.

Ça sent bon, les cigognes de la volerie passent nous voir, c’est beau … il y a des fruits rouges, des bleus foncés, des noirs, des roses, des verts … on les cueille, on les ramasse, on coupe …des mous, des durs, on les goûte, c’est sucré … les sens en éveil !

Groseilles, cassis, framboises, myrtilles …

Ah, là, j’en vois encore une !

… rhubarbe …

On en a ramassé « comme ça ! »

Il commence à faire chaud dehors, on se met à l’abri …

puis on égrène, on équeute … on nettoie …

… on pèse, on met dans de sachets au congélateur pour cet hiver …

… mais on ne peut pas s’empêcher d’en garder un peu pour faire déjà quelques confitures !

50% de fruits et 50% de sucre, la recette est simple.
Mais qu’est-ce que c’est bon !

Vivement la saison des crêpes !

Les framboises de ces pots étaient encore dans le potager ce matin ! Miam !

J’suis content, c’est le printemps !

J’suis content, c’est le printemps !

J’suis content
C’est l’printemps
Les arbres sont en couleur
Dans les nids
Les petits
S’égosillent tous en chœur…

 Le soleil pointe son museau derrière la brume matinale.

Les otocyons profitent des premiers rayons de la journée.

On s’émerveille devant ce spectacle de la nature, et nous sommes fiers de le partager avec les visiteurs du parc. Mais pour cela, il y a plein de choses à préparer pour que tout soit beau et que les animaux soient en pleine forme …

Ça tombe bien, nous sommes là !

… alors on s’y met !

 
D’abord, même notre chariot a droit à une bonne toilette, un bon coup d’antirouille et de peinture !

Devant l’ampleur de la tâche, Maëlys nous donne un coup de main !
Maëlys est en stage avec nous pour devenir monitrice-éducatrice.

Contrôle technique OK, le chariot est prêt à reprendre du service !

Comme ça, vraiment ?

Ah oui, là je préfère.

… et c’est parti !

Tous les détails comptent !

Aucun bâtonnet de sucette ne nous résiste !

Même celui-là là, tombé dans l’enclos des wallabys, n’a pas résisté à notre détermination.
Prendre soin des animaux, c’est aussi s’assurer que leur environnement soit adapté.

Je crois que les animaux apprécient nos interventions ! Ils aiment bien venir nous voir.

 

les feuilles toutes fraîches ont l’air savoureuses !

Il y a eu une naissance d’un petit oryx. La petite gazelle n’a que quelques semaines, elle n’a pas encore ses cornes.

 

En quelques jours seulement l’ambiance de la terrasse du restaurant a complètement changé !

Si le restaurant a rouvert, ça veut dire que maintenant on peut manger des frites ?

… parfois oui, on peut chercher des frites. Mais on a encore souvent des invités à la table du Toutounier et on leur prépare de bons repas.

Il y a un gros chantier de rénovation d’une partie du château, et les ouvriers mangeaient avec nous tous les jours cet hiver. On les connait bien maintenant ! Ils viennent encore nous voir de temps en temps pour nous dire bonjour, pour prendre un café…

 

Aujourd’hui ce sont M. et Mme de Lorgeril, les propriétaires du Domaine de la Bourbansais qui ont accepté notre invitation à manger avec nous. Arnaud, le responsable du zoo, et Jérôme le responsable du potager étaient là aussi … et vous savez quoi ? Ils ont pris le temps d’échanger avec chacun d’entre nous et on a partagé plein d’idées de nouvelles choses à faire ! Le risque n’était pas très grand mais là c’est sûr, on ne va pas s’ennuyer !

Cassandra et Arwen travaillent au chenil. Elles préparent les chiens, des bassets fauves de Bretagne, pour une promenade dans les bois.

 

On promène les chiens, mais cela ne nous empêche pas d’observer la faune des bois.

Des élèves du lycée professionnel Abbé Pierre de Tinténiac ont passé une journée entière avec nous, pour qu’on leur montre ce qu’on sait faire.

Alexandre est en stage de soigneur au zoo. Pour réaliser son projet de stage, il a sollicité le Toutounier. Il est venu nous expliquer qu’il voulait faire des enrichissements en bois et bambou pour les petits animaux, les suricates et les tamarins empereurs. On sait faire ça, on l’a déjà fait ça le mois dernier, pour les cercopithèques, vous vous rappelez ?… Alors oui, on peut aider Alexandre !

 

On a donc démonté des palettes.

On a coupé, poncé, clouté, collé, percé… comme on a déjà appris à faire !

Ça ressemble au jeu « SOS ouistiti ». Mais le nôtre est fait maison, avec du bambou ! Ça tombe bien, le Tamarin et le ouistiti font partie de la même famille de petits primates !

Alexandre nous explique tout !

On a fixé des petits bouts de bambou dans les caisses que nous avons fabriquées.

Premier grand jour : on essaie nos enrichissements avec les suricates !

On met des vers de farine dans les bambous… on les cache avec un peu de paille… les suricates devront bien les chercher.

… et on observe …

On a aussi glissé des vers de farine dans un bambou percé, le suricate devra le faire rouler pour faire tomber les vers et les manger … va-t-il réussir ? … suspense …

Ouais, super !

On va réessayer nos enrichissements, avec les tamarins empereurs cette fois-ci.

Avec Alexandre, on met des vers de farine, des petits morceaux de fruits … on en met aussi dans notre bambou « SOS ouistiti »

… et on observe …

Le tamarin empereur a réussi à trouver sa nourriture !

On va essayer avec le bambou… qui sera le plus malin, le tamarin ou le ouistiti argenté ?

Vous en pensez quoi, vous ?

 

Trop de choses à raconter !…

Trop de choses à raconter !…

Ce n’est pas encore le printemps, mais la volière des ibis et spatules est toujours très colorée !

et quand on marche dans la forêt, on entend le tapis de feuilles mortes sous nos pas.

Dans les bois de la Bourbansais, on croise de drôles d’oiseaux ! Ceux-là sont des vautours fauves. Ils seront présentés aux visiteurs lors des spectacles.

Paco et Tina, les Aras Araraunas feront les spectacles. Nous les avons habitués à être avec nous.

Les chiens aussi aiment bien marcher sur le tapis de feuilles mortes dans les bois ! On fait très attention à eux.

Et ils aiment bien les câlins, ils sont contents. Comme nous !

Et dans le zoo on aime bien observer les animaux dans les enclos…

… et je crois que certains animaux aiment bien nous observer aussi …

Les poules viennent d’arriver, elles découvrent le potager.

Léa est en formation pour devenir soigneur animalier. Elle a passé un mois avec nous pour nous aider à faire plein de choses au Toutounier.

Au fait, vous aviez remarqué qu’à côté de l’enclos des otocyons, il y avait de gros bambous ?

Les jardiniers du parc en avait coupé, alors nous on en a ramassé…

On a scié…

En même temps, on a préparé des planches avec les morceaux de palettes…

… on a percé …

… on a poncé …

… on a râpé …

… on a clouté et collé …

… et voilà le travail collectif !

…mais au fait ça sert à quoi ce qu’on a fait ?

Léa nous a expliqué : c’est un enrichissement pour les cercopithèques. Un enrichissement, c’est comme un jouet pour occuper et stimuler les animaux. Et les cercopithèques, ce sont des primates, des singes qu’on a l’habitude de voir et qu’on connait bien !… Pas vous ?

il ne reste plus que quelques bâtonnets de bambous à rajouter… Comme ça, parfait !

Roxane est soigneuse au zoo. Elle s’occupe des animaux. On l’a invitée à manger avec nous au Toutounier. Elle a dit à Léa que les enrichissements fabriqués avec les bambous étaient bien et qu’on pouvait le mettre dans la loge des cercopithèques.

… et donc sous le regard de Léa et Roxane on coupe des légumes qu’on place dans les bambous … on rajoute les bâtonnets dans les trous…

Pour prendre ses morceaux de légumes et manger, le cercopithèque devra enlever les bâtonnets ! Est-ce qu’il va réussir ? …

… et hop, c’est parti !

Il est curieux de son nouveau jouet … il regarde, observe …

Le cercopithèque a été très intéressé et a bien réussi son exercice. Il a enlevé chaque bâton l’un après l’autre pour attraper les légumes !

C’est une très belle réussite !

Et un sacré travail d’équipe !

Merci à tous !

Bon, on n’a pas encore tout raconté, mais on a aussi continué à préparer nos repas …

On a donné nos épluchures aux cochons …

On a invité Ronan et Iléna à partager notre repas…

Iléna et Ronan travaillent tous les deux à la volerie. Ils s’occupent des oiseaux. ils étaient déjà venus et on les connait bien !

Et on a invité aussi Juliette. Juliette travaille à l’accueil, à la boutique et fait les visites guidées du château. Elle travaille à la Bourbansais pour la saison. Elle vient donc d’arriver, et c’est la première fois qu’elle vient manger avec nous. On doit lui expliquer tout ce qu’on fait !

On a remis en état l’aquarium. On a changé l’éclairage, on a mis du sable et des plantes. Puis de l’eau.

Bientôt on pourra mettre des poissons !

On a ramassé de vielles ardoises qui trainaient dans les bois… elles sont là depuis très très longtemps !

Même les endroits qui ne sont pas visités par le public doivent être propres.

On a ramassé des branches tombées dans l’enclos des lémuriens

… on a ramassé des bâtons de sucettes dans les allées du zoo …

… et encore du bois …

on a donné des noix et des noisettes aux capucins …

C’est quand même une drôle de routine tout ça !… Et encore, on ne peut pas tout vous montrer, mais on a encore plein de choses à raconter !